Bord à Bord

Bord à bord et l’algoculture
L’algue sauvage fait partie de notre histoire, mais travailler avec cette ressource naturelle est un défi quotidien pour nos équipes ! En effet, certaines années, la cueillette peut être contrariée par des aléas climatiques comme les tempêtes hivernales à forte houle, le réchauffement de l’eau ou le manque de luminosité…
Dans ce contexte, l’algoculture est notre lueur d’espoir : c’est pourquoi depuis 15 ans, Bord à bord soutient les entreprises qui se lancent dans cette activité.

Comment cultive-t-on les algues ?
Il y a différentes façons de faire pousser et s’épanouir une algue, selon la famille, la région, la variété…
Nous pouvons dire qu’il y a deux modes essentiels de culture : la culture en mer sur des filières et la culture en bassin d’eau de mer, à terre.

Bretagne et Portugal
Les algues sauvages sont récoltées en Bretagne. Pour limiter la pression sur cette ressource, l’algoculture est essentielle. 
Bord à bord a toujours eu à cœur d’être transparent sur les origines des algues. Que ce soit pour nos recettes telles que les tartares d’algues ou pour une algue à cuisiner, leur origine vous est précisée sur l’emballage. Vous pourrez ainsi voir écrit : « Origine Bretagne et Portugal ». Arrêtons-nous sur la deuxième. L’algue portugaise que nous incorporons à nos recettes est de la variété "laitue de mer", elle y est cultivée en bassin par la société Algaplus.
C’est dans la lagune d’Aveiro, abritée des assauts de l’océan Atlantique que sont installés des bassins alimentés par une eau de haute qualité environnementale (label bio), propices à la culture d’algues.

Pourquoi pas en Bretagne ? 
La recherche de terrain avec un accès à l’eau de mer de haute qualité environnementale pour implanter une ferme aquacole est nécessaire pour développer ce savoir-faire naissant. Les espèces ciblées par cette culture d’algues à terre sont la dulse, la laitue de mer et la nori.
Nous travaillons aussi avec des algoculteurs bretons qui cultivent des algues laminaires comme le kombu royal ou le wakamé, en pleine mer.

Leave a comment